Fernand Khnopff au Petit Palais

Petit résumé pour ceux qui n’auront pas pu se rendre à la belle exposition du Petit Palais consacrée au peintre belge Fernand Khnopff. Fernand Khnopff (1858-1921) est un des maîtres du Symbolisme européen. Formé à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, il a subi l’influence des préraphaélites, notamment Burne-Jones, et de Gustave Moreau. Peintre secret et solitaire, il a privilégié les thèmes d’inspiration mythologique et littéraire où la femme est omniprésente.

Le parcours de l’exposition reconstitue les différentes pièces de la maison-atelier que le peintre avait fait construire en 1902. Il évoque un cheminement initiatique qui permet d’aborder les principaux aspects de l’œuvre de Khnopff.

A commencer par les paysages : Khnopff en a peint de nombreux à Fosset, dans les Ardennes belges, où sa famille possédait une propriété. Ce sont des paysages calmes, la plupart du temps sans figures. Ils sont éclairés par une lumière intermédiaire, évoquant des temps gris et pluvieux. Le peintre y développe son goût de la solitude et de l’introspection.

A Fosset .De l’eau immobile,1894, Huile sur toile,114×53.5cm, Vienne, Galerie du Belvédère
On y voit un goût pour les eaux stagnantes que l’on retrouvera dans ses vues de Bruges


Un soir à Fosset, 1886, Huile sur toile,40×58 cm, Collection particulière
Les silhouettes sont sans ombre et semblent flotter au-dessus du sol. Certaines parties du tableau semblent très nettes (fenêtre et rambarde) alors que le reste est « flou ». On ne sait plus très bien si on est dans la réalité ou le rêve.


Il réalise aussi beaucoup de portraits. Il peint essentiellement des enfants dans des poses hiératiques et avec des cadrages serrés. Il exécute aussi de nombreux portraits de femmes, notamment de sa sœur Marguerite avec qui il était étroitement lié.

Portrait de mademoiselle Van der Hecht, 1889, Huile sur toile, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts
Portrait de Marie Monnom, 1887, Huile sur toile, 49.5×50 cm, Paris, Musée d’Orsay
Portrait de Marguerite Khnopff, 1887, Huile sur toile, 96×70.5cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts
Dans ce portrait, rien n’indique clairement la perspective. Le fond se compose d’une juxtaposition de plans, avec une structure géométrique régulière et parallèle au cadre. La figure est coupée par le bas du tableau, ce qui renforce un aspect très frontal de l’image. La haute silhouette virginale (travail sur les différentes nuances de blanc) de la femme ne se détache que par le modelé de l’ombre et de la lumière

L’exposition présente également une série de toiles, plus connues, dont les sujets sont issus de la littérature ou de la mythologie. Ces toiles ont un caractère énigmatique. On y trouve de nombreux objets à caractère symbolique et dont le sens nous échappe la plupart du temps. Parmi ceux-ci, on trouve la tête d’Hypnos, le dieu du Sommeil. Khnopff était fasciné par une sculpture grecque de Scopas qu’il avait sans doute vue au cours d’un voyage à Londres (et qui est présente dans l’exposition). Il la copiera de nombreuses fois mais elle apparaît pour la première fois, en 1891, dans la toile intitulée I Lock My Door Upon Myself, dont le sujet est tiré d’un poème de Christina Rossetti, la sœur du peintre préraphaélite.

Scopas, Tête d’Hypnos, 350 av.JC, Bronze, Londres, British Museum

I Lock My Door Upon Myself (je ferme ma porte sur moi-même), 1891, Huile sur toile, 72×140 cm, Munich, Neue Pinacothek

Ce tableau exprime l’enfermement en soi. On retrouve la tête d’Hypnos à l’arrière-plan. A ses côtés, est posée une fleur de pavot. Cette plante, ainsi que les hémérocalles du premier plan, était plantée devant la grotte du dieu et servait à endormir les vivants. Ces fleurs permettent donc de s’évader, de sortir de soi. Les trois hémérocalles, l’une en bouton, l’autre en fleur et la dernière qui se referme, évoquent peut-être aussi la passage de la vie. Le fond, avec encore une fois une structure très géométrique, présente un espace ambigu (à droite, une sorte de tableau avec un personnage solitaire, au centre après la statue, l’ébauche d’une fenêtre puis des boiseries avec peut-être le reflet d’une autre fenêtre dans l’un des cercles).

On retrouve la tête d’Hypnos dans son triptyque, L’Isolement, sorte de mise en scène de l' »éternel féminin » dans lequel la femme oscille entre la figure de la séductrice et celle de la chasteté. Au centre du triptyque, la figure de la Solitude tient une épée comme s’il s’agissait d’un sceptre. Elle est une sorte de porte-parole des idéaux du peintre, qui aspire à fondre la femme et l’homme dans un être androgyne parfait.

La Solitude, triptyque de l‘Isolement, 1890/91,Huile sur toile, 150x43cm, Collection particulière

On retrouve la tête d’Hypnos, l’hémérocalle et la femme du tableau I Lock My Door enfermée dans une bulle

Enfin une série d’œuvres consacrées à Bruges vient clôturer l’exposition. Cette ville où Khnopff a passé son enfance, invite à la mélancolie. Le peintre la représente à travers ses canaux et ses ruelles, vide de toute présence humaine. Il utilise beaucoup la technique du pastel dont le velouté contribue à donner cet aspect flou de l’image et renforce ce sentiment de souvenir nostalgique.

Souvenir de Flandres, un canal, 1904,Craie et pastel sur papier, Collection privée
Souvenir de Bruges, l’entrée du Béguinage, 1904, Craie et pastel sur papier, Collection particulière

C’est vraiment une très belle exposition que nous propose le Petit Palais, nous permettant de découvrir un peintre peu souvent exposé. Elle nous permet de nous plonger dans les mystères d’un peintre qui a l’art de nous perdre dans sa bulle de rêve.

PS 1 : Merci à F. pour ses très belles photos, comme toujours PS2 : Si vous avez eu un coup de cœur, il est encore de temps de courir au Petit Palais, l’exposition se termine le 17 mars

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close